Vers un Pétro-Bitcoin ? l’Iran s’apprête à faire de BTC une Monnaie de réserve Internationale

Vers un Pétro-Bitcoin ? l’Iran s’apprête à faire de BTC une Monnaie de réserve Internationale

Vers un Pétro-Bitcoin ? l’Iran s’apprête à faire de BTC une Monnaie de réserve Internationale

The Cointribune Par Nicolas Teterel Publié le 31 octobre 2020

Minée par les sanctions américaines, l’Iran se tourne vers le Bitcoin. L’agence de presse publique INRA rapporte que la république islamique a modifié sa législation pour forcer les mineurs iraniens à vendre une partie de leurs bitcoins à la Banque Centrale. Et cela afin de payer les importations du pays.

Big Bitcoin in Teheran

Cette nouvelle sera à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire du Bitcoin mais elle ne surprendra pas les fidèles lecteurs de Thecointribune. Nous rapportions en effet fin septembre que l’Iran avait décidé de dédier 3 centrales électriques au mining de Bitcoin.

« Nous parlons ici d’une puissance combinée de 6 000 MegaWatts. De quoi installer 4.6 millions d’Antminers S9, soit environ 60 millions de THash. En sachant que le hash rate du Bitcoin est actuellement de 140 millions de TH… »

Thecointribune 25 septembre

L’Iran serait donc le premier pays faisant officiellement du Bitcoin une monnaie de réserve à part entière. Ce coup de tonnerre monétaire confirme ce que les Bitcoiners avancent depuis des années. À savoir que les nations qui seront placées sous embargo via la déconnexion du réseau de paiement international SWIFT finiront par utiliser le Bitcoin pour commercer avec le reste du monde.

Il est probable que le Venezuela, aussi sous embargo, sera le second pays à franchir le pas. Caracas a déjà lancé sa propre cryptomonnaie (le Petro) mais gageons que le pays finira par imiter son homologue iranien. Les deux pays ont effectivement un atout considérable : des réserves énergétiques immenses rendant le mining de Bitcoin particulièrement facile.

Pour rappel, l’Iran et le Venezuela font partie des 5 pays fondateurs de l’OPEP, l’organisation des pays exportateurs de pétrole, avec l’Arabie Saoudite, le Koweït et l’Irak…

IMAGE IRAN 1

Le président du Venezuela, Nicolas Madduro, lit le White paper du Petro

Test grandeur nature

Nous devons nous attendre à ce que les États-Unis ruent dans les brancards face à cette émancipation monétaire. D’ailleurs, Bruno le Maire, Ministre des Finances, a récemment osé faire un amalgame entre le Bitcoin et le financement du terrorisme. Il est en effet bien connu que les mercenaires de Daesh paient leurs Kebabs en bitcoins… Il est écrit que les nations contrôlant le système monétaire international finiront par vilipender le Bitcoin. Mais ce ne sont pas les gémissements de quelques technocrates téléguidés par les banquiers qui auront raison de la cryptomonnaie… Le Bitcoin en a vu d’autres, comme lorsque certaines factions ont essayé de modifier son protocole en 2017…

Et c’est là peut-être le plus grand atout du Bitcoin : sa décentralisation fait que personne ne peut le faire disparaître où altérer sa masse monétaire. À moins de saisir au même instant le matériel d’environ un million de mineurs disséminés partout dans le monde. Et de faire sauter le satellite de BlockStream. Bonne chance…

Cerise sur le gâteau

Si les Perses sont sérieux quant à leur ambition de vendre leur pétrole en Bitcoin, nous sommes à l’aube d’un PétroBitcoin. En référence au pétrodollar et l’hégémonie du dollar nés du fait que l’Arabie Saoudite vend son pétrole exclusivement en dollar.

Ceci serait la cerise sur le gâteau périmé de monnaies fiat. Ces dernières sont adossées à des montagnes de dette s’accumulant dans une folle fuite en avant et se régleront avec une douloureuse inflation.

Voilà le « great reset » qui se prépare dans les travées du FMI : effacer la dette avec de l’inflation. En effet, la hausse des prix fait que les États collectent plus de TVA. Or la TVA est de très loin leur première source de revenus.

“La première panacée pour une nation mal dirigée est l’inflation monétaire, la seconde est la guerre. Les deux apportent prospérité temporaire et destruction indélébile. Les deux sont le refuge des opportunistes économiques et politiques.”

Ernest Hemingway – 1899-1961

N’oubliez pas que la BCE a déjà multiplié son Bilan par 6 depuis 2006… N’abandonnez pas votre pouvoir d’achat aux esclavagistes monétaires, accumulez des bitcoins, la prochaine monnaie de réserve internationale !